Toujours pas sages

permalink

Quelques photos du fleuve Niger

Par claire Ulrich

La croisière d’Internet sur le fleuve Niger, (un projet Rising voices/Global voices en français, Unesco Loire-Niger) qui s’est déroulée pendant quinze jours, a permis à Boukary Konaté, le chef de projet, de faire des belles photos du Niger, le troisième fleuve le plus long d’Afrique (de la Guinée au Nigeria), de Sekoro à Mopti. 

Voici l’article et ci-dessous les photos parues sur Global Voices en français. D’autres photos du voyage peuvent être vues dans la galerie-photos du projet Segou Connection.

Une vue du Niger depuis la rive à Sekoro, au Mali

Un bateau traditionnel sur le Niger, en route pour le marché

Ouro Mody, un village de pêcheurs, et son architecture peule traditionnelle.

La mosquée de Djafarabe, en pays Peul

Les femmes cherchent l’eau pour arroser les cultures traditionnelles des bords du Niger, le riz

Le fils d’un pêcheur joue souvent avec les outils du métier

La vie à bord d’une pinasse sur le Niger

Un membre de l’équipage en coiffe traditionnelle

Une pirogue s’éloigne sur le Niger, au crépuscule

permalink

La croisière d’Internet sur le fleuve Niger au Mali (suite et fin)

Interview de Boukary Konaté par Claire Ulrich, publié initialement sur Global Voices 

La Croisière pour l’Internet du projet Rising Voices “Segou Villages Connection”sur le fleuve  Niger, au Mali, en partenariat avec  le Programme pour le patrimoine Loire-Niger/UNESCO a achevé son périple de deux semaines destiné à former les élèves des écoles situées sur les berges du fleuve, avec des résultats très positifs. Boukary Konaté, qui est à l’origine de cette initiative, partage ses impressions après cette croisière inovante pour, selon ses mots, “le désenclavement numérique des zones rurales au Mali”.

Boukary Konaté téléchargeant des photos depuis la pinasse du programme UNESCO sur le Niger, grâce à une connexion 3G et une cellule solaire.

Rising Voices : Combien de villages et d’écoles avez-vous visités et formés durant cette croisière éducative ?

L’exposition itinérante du projet Loire-Niger/Unesco - Photo Boukary Konaté (CC By)

Boukary Konaté :  La pinasse du programme UNESCO a fait étape à Sékoro, Ségou, Markala, Mopti, Kokribozo, Macina, Diafarabé, Ouro-Modi et Mopti pour présenter son exposition itinérante de photos sur le patrimoine du Niger. J’ai fait des cours d’initiation à Internet dans les écoles de toutes ces localités. Au Mali, en moyenne, une classe compte 60 élèves. Parfois, tous les élèves de l’école ont assisté à la conférence. Nous estimons à 800 le nombre de personnes qui ont vu la présentation d’Internet et  fait des recherches sur Google, depuis les élèves d’écoles fondamentales aux grands étudiants des Instituts de formation professionnelle.

RV : Que leur avez-vous enseigné sur Internet  ?

BK : Ces villages le long du fleuve Niger vivent de la pêche et de la riziculture, il n’y a pas de routes, d’électricité, de télévision, ils sont isolés, mais même le plus petit des bergers a un téléphone mobile de nos jours. Beaucoup avaient entendu parler d’Internet, mais ils ne savaient pas ce que c’était. La surprise pour eux, c’est que tout ce dont ils avaient besoin, l’internet a pu satisfaire tout cela. Je suis un enseignant, j’ai montré que c’était un outil pour la connaissance. On a fait des recherches sur Google, et toutes les questions qu’ils se posaient, à chaque fois, ils ont trouvé les bonnes réponses. Je leur ai aussi montré Skype, des sites d’information comme Maliweb, Yahoo News, Global Voices, le site du Ministère de l’éducation, Twitter et Facebook.

Les étudiants de l’Institut de formation professionnelle pour l’agriculture et l’élevage de Macina et leur professeur - Photo Boukary Konaté sur Flickr (CC-by)

 RV : Décrivez-nous une session de formation qui vous a frappé.

BK : A Macina, j’ai fait une présentation dans l’Institut de formation professionnelle pour l’agriculture et l’élevage (IFP). Ils ont interrogé Google sur les volcans, sur les composants chimiques du sol, sur les ressources hydriques, mais ce qui les a le plus  impressionnés, c’est de découvrir qu’il y a une page sur Internet qui parle de leur propre village, Macina ! Il étaient fiers. Et pas seulement ça, qu’il existe un autre Macina, en Serbie ! Il y a eu un grand débat avec leur professeur sur les livres par rapport à Internet, mais comme les livres de classe sont rares dans les écoles, Internet pourrait être la bibliothèque dans ces localités où il n’y a pas de bibliothèque.

Les autorités du village peul de Diafarabé ont très bien accueilli Internet au village. Photo Boukary Konaté, sous licence CC.

La suite sur Global Voices

permalink

La croisière d’Internet sur le fleuve Niger!

Boukary a été invité par le projet Loire-Niger patronné par l’UNESCO et soutenu par le Conseil Régional Pays de Loire à participer à un voyage le long du fleuve Niger à bord d’une pinasse traditionnelle. Ce projet est destiné tout d’abord à présenter aux villages des bords du Niger une exposition de photos réalisées depuis plusieurs années sur leur patrimoine écologique, économique et culturel. Boukary a été “embarqué” afin de proposer à ces mêmes villages, et surtout aux écoliers et lycéens, une initiation à Internet. Durant quinze jours, en ce moment même, de village en village, Boukary transporte son ordinateur et une batterie pliante à l’énergie solaire pour ces petites formations itinérantes. Il fait aussi de très intéressantes photos ! (voir le diaporama ci-dessous). Pour suivre au jour le jour ses étapes et les formations, il suffit de suivre la page Facebook de Boukary. 

Bloguer sur l’eau, en Afrique, c’est possible!

Diaporama

permalink

Les Toujours Pas Sages on the road

par Claire Ulrich

Ils ont réussi ! Boukary Konaté et les “Toujours Pas Sages” au Mali et ailleurs ont fait débuter le projet “‘internet mobile” de formation à Internet et à l’envoi d’informations sur la vie rurale par SMS, dans les villages de la région de Ségou. La bourse Rising Voices accordée au projet de Boukary permet de concrétiser une idée née voici deux ans : mettre en place un système simple, mobile, peu onéreux, de formation itinérante des villageois aux premières notions de communication sur Internet, sur un ordinateur d’occasion, et sur un Smartphone. On est content !

Voici la description de l’équipement et des formations dans un billet de Rezwan (qui est du Bangladesh !) sur le blog de Rising Voices, traduit en français par Suzanne Lehn.

"Le 18 juin, six participants au projet d’Internet mobile Ségou villages connection ont sauté dans un antique taxi-brousse en direction de Dioro et des villages environnants, à 70 km de la ville de Ségou. Avec ses quelque 50.000 habitants, Dioro est une zone de rizières, de pêche et de maraîchage, situé au bord du fleuve Niger. Le village a été choisi parce qu’il possède un centre multimédia pour les projets des Villages du Millénaire et que l’accès aux installations se fait à moindres frais.

L’équipe emportait un panneau solaire, une batterie, deux ordinateurs, quatre clés USB de connexion Internet, quelques appareils photos numériques et assez de bagages pour une tournée de huit jours.

Lire la suite sur Global Voices en français

permalink

Une bourse “Rising Voices” pour Boukary

Nous avons été heureux d’apprendre que Boukary Konaté est l’un des cinq nouveaux lauréats d’une mini-bourse Rising Voices, destinées à promouvoir l’apprentissage des nouveaux médias dans les communautés qui n’y ont pas un accès facile. Boukary, grâce à cette bourse, pourra former quelques villages et surtout mettre sur pied un media hyper-local de “Nouvelles des villages”, qui établira une communication entre les villages de la région de Ségou et la capitale Bamako. Plus un site d’information hyper-locales sur les villages en français et en bambara ! Bonne chance, Boukary !

permalink

La conférence sur Internet et les langues africaines

par Claire Ulrich

Une conférence a été donnée au ministère malien de l’éducation et des langues nationales à l’occasion de la Journée Internationale des langues maternelles. Par qui ?  Par Boukary Konaté. Voici ci-dessous (avec pas mal de Global Voices dedans:)) le lien vers la présentation.

MALI - International Language Day - Journée internationale de la langue maternelle powerpoint boukary konaté mali View more presentations from Claireulrich

permalink

Bamako : le Carrefour des possibles, Forum Innov@frica

par Claire Ulrich

Cette semaine, c’est à Bamako qu’a eu lieu le “Carrefour des possibles”, le brainstorming/barcamp annuel organisé par la FING (Fondation internet nouvelle génération) autour de projets innovants, surtout technologiques. Boukary  y a participé pour présenter son projet de recharge de téléphone  mobile sur les motos et mobylettes et, au nom des TPS (Toujours pas sages), l’idée d’une unité mobile de formation à Internet, un véhicule se déplaçant de village en village, toujours dans les zones rurales (pas d’électricité, mais une couverture toujours plus grande de ces régions en connexion 3G à Internet ).

Pour eux, par exemple (photo Albertine Meunier)

Le hashtag (mot clé sur Twitter) était très joli: #cpossibles. On l’espère très fort pour nos projets.

Et voici les liens de la semaine Innov@africa !

Le site de Forum Innov@africa

Le programme sur le site Correspondants.org

Les vidéos

Les photos (pour l’instant, celles de l’année dernière, mais il y en aura de plus fraiches!)

permalink

Fasokan sur Mondoblog + la low tech au village (Mali) !

Par Claire Ulrich

Le plus vaillant des TPS (toujours pas sages), c’est à dire Boukary Konaté, est plusieurs fois à l’honneur cette semaine, qui est aussi la semaine de Tabaski (Aïd), et celle de son anniversaire !

Reprenons: l’émission l’Atelier des Médias de RFI a lancé avant l’été un concours de blogueurs, pour élire les contributeurs de sa nouvelle plateforme “Mondoblog”, lancée tout récemment. (voir aussi la page Facebook)

Notre Fasokan, blogueur déjà chevronné, a été sélectionné (pas étonnant) et a créé sur la plateforme un blog ciblé info “hyperlocale” au Mali sur Mondoblog : Villages Info

De là, il a publié des articles “trop bien”, sur la vie en low tech au Mali, comme par exemple celui-ci, sur l’art de recharger son téléphone portable sous la selle de la moto de marque Jakarta, qui a vraiment un gros succès ! Au point d’être interviewé par Les Observateurs/France 24 !

On félicite Boukary, et on lui souhaite un très joyeux anniversaire au village (près de Ségou) avec sa famille, et une année riche d’autres succès !

permalink

Voulez-vous apprendre le bambara sur Twitter ?

par Claire Ulrich

Le 8 septembre 2010 aura lieu au Mali la Journée des langues nationales. Partout, les langues africaines connaissent un grand regain d’intérêt, grâce à Internet. Et grâce aux opérateurs de technologie, téléphonie, etc., qui y voient de futures part de marché pour des services personnalisés et se préparent dès aujourd’hui en faisant traduire leurs interfaces et logiciels.

Le bambara (voir ici un exemple écrit) est l’une des langues majoritaires au Mali. Elle n’a certes pas la “force de frappe” du Swahili (Afrique de l’est) ou du Lingala (République Démocratique du Congo), mais elle a beaucoup de locuteurs expatriés, dans la diaspora. Certains aimeraient reprendre contact avec la langue de leurs parents grâce aux nouvelles technologie.

C’est ce qui a donné à Boukary et aux Toujours pas Sages l’idée de proposer un cours de bambara par Twitter (expression écrite) et Skype (expression orale) ce jour-là. Juste quelques petites choses : se saluer, demander son chemin, à manger, à boire…Pour voir comment pourrait se pratiquer ces cours de langue d’un nouveau genre.

N’hésitez donc pas à suivre le compte Twitter de Boukary à Bamako ce jour-là, ou pour en savoir plus.

permalink

Une première mondiale ? La finale de la Coupe du Monde commentée en bambara sur Twitter

par Claire Ulrich

Le 11 juillet 2010 a peut-être (sans doute) eu lieu une première mondiale à Bamako. La finale de la Coupe du Monde (Espagne-Hollande) a été commentée de bout en bout en temps réel en bambara par Boukary, au cyber SAS, sur son compte @fasokan.

Les langues africaines + Internet, c’est déjà rare. 

Une langue africaine + Twitter + commentaires d’une finale de Coupe du Monde, c’est rarissime, et sans doute unique !


Un résumé (en français) de ce match historique sur le blog de Fasokan

permalink

Deux photos de la Coupe du Monde, vue du Mali

La Coupe du Monde vue d’un village malien

Voir le billet de Boukary Konaté sur son blog de la Coupe du Monde, Malifoot

Et toujours à propos de télévision…Les réparateurs de Bamakofont de belles affaires en ce moment.

permalink

Photo : Les formations des Toujours pas Sages au cyber-café SAS de Bamako ont démarré

Boukary Konaté (à gauche)  et ses nouveaux “Toujours Pas Sages” pour l’ouverture de la coupe du monde, au cyber SAS. C’était le jour du match d’ouverture et du match France-Uruguay, commentés en direct sur Twitter. La photo est d’Olivier, qui est sur place actuellement et découvre à son tour nos opérations-formation de jeunes ou moins jeunes, en français ou en bambara.

permalink

Suivre la Coupe du Monde de foot depuis le Mali

Vendredi, premier match de la coupe du monde. Vendredi, première séance pour les nouveaux Toujours Pas Sages formés par Boukary au cyber café de Bamako, et dans les villages environnants. D’ailleurs, il a un nouveau blog spécial coupe du monde…Et les comptes Twitter @fasokan @toujourspassage @sageserpent…et d’autres à venir. En attendant, pour les distraits, le lien vers le calendrier des matchs !

permalink

Bientôt la Coupe du monde…

Pourquoi ce long silence ? Nous cherchons à renouveler l’expérience des stages de formation à Twitter/au Web durant la Coupe du monde dans les cyber-cafés à Bamako et communes environnantes. Et ça prend du temps de chercher des sous et d’organiser ! Mais nous avons déjà un pré-communiqué de presse, grâce à Pascal !

permalink

Des photos de Kayes (Mali)

Boukary a fait récemment un voyage professionnel au Mali (voir son blog), dans la région de Kayes, et de belles photos, que nous recopions ici.